Religiosité indo-européenne

Hans Friedrich Karl Günther (Friburgo, 16 febbraio 1891 – Friburgo, 25 settembre 1968)
Hans Friedrich Karl Günther (Friburgo, 16 febbraio 1891 – Friburgo, 25 settembre 1968)

Un préjugé défavorable accompagnera ce livre de Günther. En effet, en France, Günther jouit d’une réputation détestable, celle d’être “l’anthropologue officiel” du Troisième Reich de Hitler. Cet étiquetage n’a que la valeur d’un slogan et il n’est pas étonnant que ce soit le présentateur de télévision Polac qui l’ait instrumentalisé, lors d’un débat à l’écran, tenu le 17 avril 1982 sur la “Nouvelle Droite” d’Alain de Benoist. Avec la complicité directe d’un avocat parisien, Maître Souchon, et la complicité indirecte d’un essayiste britannique, ayant comme qualification scientifique d’être un “militant anti-fasciste”, Michael Billig (1), Polac pouvait fabriquer, devant plusieurs centaines de milliers de téléspectateurs, le bricolage médiatique d’un “Günther hyper-nazi”, maniaque de la race et dangereux antisémite. Comme aucun représentant de la “Nouvelle Droite”, aucun anthropologue sérieux, aucun connaisseur des idées allemandes des années 20 et 30, n’étaient présents sur le plateau, Polac, Souchon et leurs petits copains n’ont pas dû affronter la contradiction de spécialistes et le pauvre Günther, décédé de-puis quatorze ans, a fait les frais d’un show médiatique sans la moindre valeur scientifique, comme le démontre avec brio David Barney dans Eléments (n°42, juin-juillet 1982).

Qui fut Günther? Hans Friedrich Karl Günther est né le 16 février 1891 à Fribourg en Brisgau, ville où il vécut sa jeunesse. Il y fréquenta l’université et, après un séjour d’études à Paris, acquit les diplômes qui sanctionnaient ses connaissances en linguistique comparée et en philologie germanique. La formation de Günther est donc celle d’un philologue, non celle d’un anthropologue. Quand éclate la guerre de 1914, Günther se porte volontaire mais, atteint d’un rhumatisme des articulations pendant son instruction, il est renvoyé chez lui et jugé inapte au service actif. Il servira ultérieurement le Reich dans la Croix-Rouge. La guerre finie, il enseigne à Dresde et à Fribourg. Son premier ouvrage paraît en 1920 et s’intitule Ritter, Tod und Teufel. Der heldische Gedanke (Le chevalier, la mort et le diable. L’idée héroïque), conjointement à une pièce de théâtre, d’inspiration nationaliste, faustienne, païenne et romantique, Hans Baldenwegs Aufbruch. Ein deutsches Spiel in vier Auftritten (Le départ de Hans Baldenweg. Pièce allemande en quatre actes). Le destin de Günther venait d’être scellé. Non par le contenu intellectuel de ces deux travaux, mais par la personnalité de son éditeur munichois, Julius Friedrich Lehmann, enthousiasmé par Ritter, Tod und Teufel. Cet éditeur connu avait repéré des qualités innées d’anthropologue chez son jeune protégé. Günther, avait remarqué Lehmann, repérait tout de suite, avec justesse, les caractéristiques raciales des individus qu’il rencontrait au hasard, dans les rues ou sur les chemins de campagne. Il était dès lors l’homme que cherchait Lehmann, pour écrire un précis de “raciologie” vulgarisé, accessible au grand public, commercialisable à grande échelle. Malgré l’avis défavorable d’un professeur d’anthropologie de l’université, Lehmann déci-de de payer Günther pendant deux ans, afin d’achever, à l’abri du besoin, sa “raciologie”. En juillet 1922, Rassenkunde des deutschen Volkes sort de presse. Plusieurs éditions se succéderont jusqu’en 1942 et 124.000 exemplaires du livre trouveront acquéreurs. En 1929, paraît une édition abrégée, Kleine Rassenkunde des deutschen Volkes, rapidement surnommée Volksgünther, qui sera, elle, tirée à 295.000 exemplaires.

Auteur d’un ouvrage scientifique de référence sur “l’idée nordique” en Allemagne (2), Hans-Jürgen Lutzhöft explique les raisons qui ont fait le succès de ces deux manuels:

1) En reprenant les classifications des races, dressées par les anthropologues anglo-saxons Beddoe et Ripley, Günther analysait la population allemande et repérait les mixages dont elle était le résultat. C’était la première fois qu’un livre aussi didactique sur la question paraissait en Allemagne. Günther faisait dès lors figure de pionnier.

2) Didactique, Günther initiait ses lecteurs, avec une remarquable clarté, aux arcanes et aux concepts fondamentaux de l’anthropologie biologique. Le lecteur moyen acquérait, avec ce livre, un texte “initiatique” pratique, concret et instructif.

3) Les deux ouvrages étaient richement illustrés, ce qui ôtait toute abstraction ennuyeuse aux descriptions des phénotypes raciaux (physionomies, corpulences, formes des crânes, couleur des cheveux et des yeux etc.).

4) Le style du livre était précis, clair, compréhensible, convaincant.

5) La simplicité des démonstrations encourageait la lecture.

6) Günther ne sombrait dans aucune polémique gratuite. Certes, sa race “favorite” était la race nordique mais jamais il ne médisait des au-tres races européennes. Cette absence de propos médisants, inhabituelle dans les vulgarisations anthropologiques de l’époque, accordait à Günther un public nettement plus large que celui des petites sectes nordicomanes.

7) Vulgarisation qui n’avait pas la prétention d’être autre chose, la Rassenkunde possèdait un niveau scientifique réel et incontestable, malgré les lacunes que pouvaient repérer les spécialistes autorisés des universités. Pour l’anthropologue Eugen Fischer, le plus renommé dans sa profession pendant l’entre-deux-guerres allemand, la lecture de la Rassenkunde était impérative pour le débutant et même pour le professionnel qui voulait acquérir une souplesse didactique dans sa branche.

Jean Mabire, Thulé: Le Soleil retrouvé des hyperboréensLe succès incroyable et inattendu de la Rassenkunde permet à Günther d’envisager la vie d’un écrivain libre. Il suit les cours de l’anthropologue Theodor Mollison (1874-1952) à Breslau et rencontre à Dres-de celle qui deviendra bien vite son épouse, la jeune musicologue norvégienne Maggen Blom. En 1923, il suit la jeune fille à Skien, sa ville natale, dans le Telemark norvégien, et l’épouse en juillet. Deux filles naîtront de cette union, Ingrid et Sigrun. Les Günther resteront deux ans à Skien, puis se fixeront à Uppsala en Suède, où se trouve “l’Institut d’Etat suédois de biologie raciale”. Il travaillera là avec les anthropologues Lundborg et Nordenstreng. En 1927, la famille va habiter dans l’île de Lidingö près de Stockholm. Les années scandinaves de Günther sont indubitablement les plus heureuses de sa vie. Son âme de solitaire trouve un profond apaisement en parcourant les forêts et les montagnes peu peuplées de Norvège et de Suède. Il décline plusieurs invitations à revenir en Allemagne. En 1929, pourtant, quand le Reich est frappé durement par la crise économique, les ventes de la Rassenkunde baissent sensiblement, ce qui oblige Günther à abandonner sa vie de chercheur libre. Son ami Hartnacke use de son influence pour lui donner, à Dresde, un emploi de professeur de Gymnasium à temps partiel.

C’est à ce moment que des militants nationaux-socialistes ou nationalistes commencent à s’intéresser à lui. Darré estime que la Rassenkunde a donné une impulsion déterminante au “mouvement nordique”. Ludendorff en chante les louanges. Rosenberg, lui, avait déjà, dans le Völkischer Beobachter du 7 mai 1925, réclamé la présence d’un homme du format de Günther à la Deutsche Akademie. Ce sera finalement Wilhelm Frick, ministre national-socialiste de l’intérieur et de l’éducation populaire du Land de Thuringe, qui, avec l’appui de Max Robert Gerstenhauer, Président thuringien de la Wirtschaftspartei (Parti de l’Economie), bientôt alliée au NSDAP, déploiera une redoutable énergie pour donner à Günther, apolitique et simplement ami du responsable national-socialiste Paul Schultze-Naumburg, une chaire de professeur à l’université d’Iéna. Le corps académique résiste, arguant que Günther, diplômé en philologie, n’a pas la formation nécessaire pour accéder à un poste de professeur d’anthropologie, de raciologie ou d’hygiène raciale (Rassenhygiene). Frick et Gerstenhauer circonviennent ces réticences en créant une chaire “d’anthropologie sociale”, attribuée immédiatement à Günther. Ce “putsch” national-socialiste, que Günther, bien que principal intéressé, n’a suivi que de loin, finit par réussir parce qu’une chaire d’anthropologie sociale constituait une nouveauté indispensable et parce que Günther, en fin de compte, avait amplement prouvé qu’il maîtrisait cette discipline moderne. La seule réticence restante était d’ordre juridique: les adversaires des nazis jugeaient que Frick posait là un précédent, risquant de sanctionner, ultérieurement, toutes inter-ventions intempestives du politique dans le fonctionnement de l’université. Le 15 novembre 1930, Günther prononce son discours inaugural seul, sans la présence du recteur et du doyen de sa faculté. Mais bien en présence de Hitler, qui vint personnellement féliciter le nouveau professeur, qui ne s’attendait pas du tout à cela… Hitler prenait sans doute la nomination de Günther comme prétexte pour être présent à l’université lors d’une séance publique et pour encourager ses compagnons de route à intervenir dans les nominations, comme l’avaient fait Frick et Gerstenhauer.

Jeremie Benoît, Le paganisme indo-européenEn 1933, quand Hitler et ses partisans accèdent au pouvoir, deux adversaires de Günther sont destitués voire emprisonnés, sans doute pour avoir milité dans des formations hostiles à la NSDAP victorieuse. Rosenberg fait accorder à Günther le “Prix de science de la NSDAP” en 1935. En 1936, Günther reçoit une distinction honorifique moins compromettante: la “Plaquette Rudolf Virchow de la Société berlinoise d’Ethnologie, d’Anthropologie et de Proto-histoire”, dirigée par Eugen Fischer. En 1937, il entre dans le comité directeur de la Société Allemande de Philosophie. Pour son cinquantième anniversaire, le 16 février 1941, il reçoit la “Médaille Goethe d’Art et de Science” et, ce qui est cette fois nettement compromettant, l’insigne d’or du parti.

En 1932, Günther publie un ouvrage très intéressant sur la présence d’éléments raciaux nordiques chez les Indo-Européens d’Asie (Indo-Iraniens, Beloutches, Afghans, Perses, Tadjiks, Galtchas, Sakkas, Tokhariens et Arméniens). Günther décèle de cette façon la voie des migrations indo-européennes, amorcées vers -1600 avant notre ère et repère les noyaux de peuplement encore fortement marqués par ce mouvement de population (3).

En 1935, paraît un autre livre important de Günther, Herkunft und Rassengeschichte der Germanen. Par la suite, jusqu’en 1956, Günther se préoccupera essentiellement d’hérédité, de sociologie rurale, etc., tous thèmes difficilement politisables. Malgré cet engouement du régime pour sa personne, Günther demeure en retrait et ne fait pas valoir sa position pour acquérir davantage d’honneurs ou d’influence. Hans-Jürgen Lutzhöft estime que cette discrétion, finalement admirable, est le résultat des dispositions psychiques, du tempérament de Günther lui-même. Il n’aimait guère les contacts, était timide et soli-taire. Par dessus tout, il appréciait la solitude dans la campagne et avait en horreur la fébrilité militante des organisations de masse. Comme le montre bien Frömmigkeit nordischer Artung (1934, 6ème éd.: 1963), Günther détestait le “byzantinisme” et le fanatisme. En 1941, en pleine guerre, Günther fait l’apologie d’un sentiment: celui de la “propension à la conciliation”, fruit, dans le chef de l’individu, d’une fidélité inébranlable à ses principes et d’une tolérance largement ouverte à l’égard des convictions d’autrui; pour Günther, véritablement “nordique”, donc exemplaire selon les critères de sa mythologie, était l’adage: “You happen to think that way; allright! I happen to think this way” (Vous pensez de cette façon? Fort bien! Moi, je pense de cette autre façon). Nostalgique de la Scandinavie, Günther, dit Lutzhöft, a souvent songé à émigrer; mais, une telle aventure l’aurait privé, lui et sa famille, de bien des avantages matériels…

Julien Ries (cur.), Traité d'anthropologie du sacré, volume 2: L'Homme indo-européen & le sacréLe cours des événements a fait réfléchir Günther et a renforcé son attitude réservée à l’endroit du régime. Entre l’idéologie officiellement proclamée et la pratique politique réelle de l’Etat national-socialiste, l’observateur détaché que voulait être Günther constate des différences flagrantes. Ce scepticisme croissant apparaît clairement dans le manuscrit qu’il prévoyait de faire paraître en 1944. Ce livre, intitulé Die Unehelichen in erbkundlicher Betrachtung (Les enfants illégitimes vus sous l’angle des notions d’hérédité) fut en dernière instance interdit par les autorités nationales-socialistes, surtout à l’instigation de Goebbels et de Bormann. Pourquoi? Günther, personnellement, ne reçut jamais aucune explication quant à cette interdiction, surprenante lorsqu’on sait que l’anthropologue détenait l’insigne d’or du parti. Lutzhöft donne quelques explications intéressantes, qui, approfondies, vérifiées sur base de documents et de témoignages, permettraient d’élucider davantage encore la nature du régime national-socialiste, encore très peu connu dans son essence, malgré les masses de livres qui lui ont été consacrées. La raison majeure de l’interdiction réside dans le contenu du manuscrit, qui défend la monogamie et la famille traditionnelle, institutions qu’apparemment la dernière garde de Hitler, dont Bormann, souhaitait supprimer. Pour Günther, la famille traditionnelle monogame doit être maintenue telle quelle sinon le peuple allemand “risque de dégénérer”. L’urbanisation croissante du peuple allemand a entraîné, pense Günther, un déclin du patrimoine génétique germanique, de telle sorte qu’un bon tiers de la nation pouvait être qualifié de “génétiquement inférieur”. Sur le plan de la propagande, un tel bilan s’avère négatif car il autorise tous les pessimismes et contredit l’image d’une “race des seigneurs”. Pour Günther, une politique raciale ne doit pas être quantitative; elle ne doit pas viser à l’accroissement quantitatif de la population mais à son amélioration qualitative. Günther s’insurge dès lors contre la politique sociale du IIIème Reich, qui distribue des allocations familiales de façon égalitaire, sans opérer la moindre sélection entre familles génétiquement valables et familles génétiquement inintéressantes. Ensuite, il critique sévèrement l’attribution d’allocations aux filles-mères parce qu’une telle politique risquerait de faire augmenter indûment les naissances illégitimes et de détruire, à plus ou moins courte échéance, l’institution du mariage. Günther avait eu vent des projets d’établissement de la polygamie (conçus par Himmler et les époux Bormann) afin de combler le déficit des naissances et l’affaiblissement biologique dus à la guerre. Le trop-plein de femmes que l’Allemagne allait inévitablement connaître après les hostilités constituait un problème grave devant être résolu au profit exclusif des combattants rescapés de l’épopée hitlérienne. Bormann envisageait une institution polygamique prévoyant une femme principale et des femmes secondaires ou “amantes légales”, toutes destinées à concevoir des enfants, de façon à ce que les Germains demeurent majoritaires en Europe. Pour Günther, ce système ne pourrait fonctionner harmonieusement. Les “amantes légales”, souvent sexuellement attrayantes, fantaisistes, gaies, auraient monopolisé l’attention de leurs mâles au détriment des femmes principales, plus soucieuses, en théorie, de leurs devoirs de mères. En conséquence, pense Günther, les femmes sexuellement fougueuses, qui ne sont pas nécessairement valables génétiquement (Günther, en tout cas, ne le croit pas), verraient leurs chances augmenter au détriment de la race, tandis que les femmes plus posées, génétiquement précieuses, risquent d’être délaissées, ce qui jouerait également au détriment de la race. Pire, ce système ne provoquerait même pas, dit Günther, l’accroissement quantitatif de la population, pour lequel il a été conçu. La polygamie, l’histoire l’enseigne, produit moins d’enfants que la monogamie. L’opposition de Günther au régime est évidente dans cette querelle relative à la politique sociale du IIIème Reich; il adopte une position résolument conservatrice devant la dérive polygamiste, provoquée par la guerre et la crainte d’être une nation dirigeante numériquement plus faible que les peuples dirigés, notamment les Slaves.

Revenu à Fribourg pendant la guerre, il quitte une nouvelle fois sa ville natale quand son institut est détruit et se fixe à Weimar. Lorsque les Américains pénètrent dans la ville, le savant et son épouse sont réquisitionnés un jour par semaine pour travailler au déblaie-ment du camp de Buchenwald. Quand les troupes US abandonnent la région pour la céder aux Russes, Günther et sa famille retournent à Fribourg, où l’attendent et l’arrêtent des militaires français. L’anthropologue, oublié, restera trois ans dans un camp d’internement. Les officiers de la Sûreté le traitent avec amabilité, écrira-t-il, et la “chambre de dénazification” ne retient aucune charge contre lui, estimant qu’il s’est contenté de fréquenter les milieux scientifiques internationaux et n’a jamais fait profession d’antisémitisme. Polac, Billig et Souchon, eux, sont plus zélés que la chambre de dénazification… S’ils avaient été citoyens ouest-allemands, ils auraient dû répondre devant les tribunaux de leurs diffamations, sans objet puisque seule compte la décision de la chambre de dénazification —contrôlée par la France de surcroît puisque Fribourg est en zone d’occupation française— qui a statué en bon-ne et due forme sur la chose à juger et décidé qu’il y avait non-lieu.

Bernard Sergent, Les trois fonctions indo-européennes en Grèce ancienne. Tome 1: De Mycènes aux TragiquesGünther se remit aussitôt au travail et dès 1951, recommence à faire paraître articles et essais. En 1952, paraît chez Payot une traduction française de son ouvrage sur le mariage (Le Mariage, ses formes, son origine, Payot, 1952). En 1953, il devient membre correspondant de l’American Society of Human Genetics. En 1956 et 1957, paraissent deux ouvrages particulièrement intéressants: Lebensgeschichte des Hellenischen Volkes et Lebensgeschichte des Römischen Volkes, (Histoire biologique du peuple grec et Histoire biologique du peuple romain), tous deux repris de travaux antérieurs, commencés en 1929. En 1963, paraît la sixième édition, revue et corrigée, de Frömmigkeit nordischer Artung. Cette sixième édition, avec l’édition anglaise plus complète de 1967 (Religious attitudes of the Indo-Europeans, Clair Press, London, 1967), a servi de base à cette version française de Frömmigkeit nordischer Artung, dont le titre est dérivé de celui d’une édition italienne: Religiosità indoeuropea. Le texte de Frömmigkeit est une exploration du mental indo-européen à la lumière des textes classiques de l’antiquité gréco-romaine ainsi que de certains passages de l’Edda et de poésies de l’ère romantique allemande. Avec les travaux d’un Benveniste ou d’un Dumézil, ce livre apparaîtra dépassé voire sommaire. Sa lecture demeure néanmoins indispensable, surtout pour les sources qu’il mentionne et parce qu’il est en quelque sorte un des modestes mais incontournables chaînons dans la longue quête intellectuelle, philologique, de l’indo-européanité, entreprise depuis les premières intuitions des humanistes de la Renaissance et les pionniers de la linguistique comparée.

Après la mort de sa femme en 1966, Günther vit encore plus retiré qu’auparavant. Pendant l’hiver 1967-1968, il met péniblement en ordre —ses forces physiques l’abandonnent— ses notes personnelles de l’époque nationale-socialiste. Il en sort un livre: Mein Eindruck von Adolf Hitler (L’impression que me fit Adolf Hitler). On perçoit dans ce recueil les raisons de la réticence de Günther à l’égard du régime nazi et on découvre aussi son tempérament peu sociable, hostile à tout militantisme et à tout collectivisme comportemental. S’il fut, malgré lui, un anthropologue apprécié du régime, choyé par quelques personnalités comme Darré ou Rosenberg, Günther fut toujours incapable de s’enthousiasmer pour la politique et, secrètement, au fond de son cœur, rejetait toute forme de collectivisme. Pour ce romantique de la race nordique, les collectivismes communiste ou national-socialiste sont des “asiatismes”. L’option personnelle de Günther le rapproche davantage d’un Wittfogel, théoricien du “despotisme oriental” et inspirateur de Rudi Dutschke. L’idéal social de Günther, c’est celui d’un paysannat libre, sans Etat, a-politique, centré sur le clan cimenté par les liens de consanguinité. En Scandinavie, dans certains villages de Westphalie et du Schleswig-Holstein, dans le Nord-Ouest des Etats-Unis où se sont fixés de nombreux paysans norvégiens et suédois, un tel paysannat existait et subsiste encore très timidement. Cet idéal n’a jamais pu être concrétisé sous le IIIème Reich. Mein Eindruck von Adolf Hitler (4) est, en dernière instance, un réquisitoire terrible contre le régime, dressé par quelqu’un qui l’a vécu de très près. Ce document témoigne d’abord, rétrospectivement, de la malhonnêteté profonde des pseudo-historiens français qui font de Günther l’anthropologue officiel de la NSDAP et, ensuite, de la méchanceté gratuite et irresponsable des quelques larrons qui se produisent régulièrement sur les plateaux de télévision pour “criminaliser” les idéologies, les pensées, les travaux scientifiques qui ont l’heur de déplaire aux prêtres de l’ordre moral occidental…

Epuisé par l’âge et la maladie, Günther meurt le 25 septembre 1968 à Fribourg. La veille de sa mort, il écrivait à Tennyson qu’il souhaitait se retirer dans une maison de repos car il ne ressentait plus aucune joie et n’aspirait plus qu’au calme.

Notes

(1) Michael Billig, L’internationale raciste. De la psychologie à la science des races, François Maspero, Paris, 1981.

(2) Hans-Jürgen Lutzhöft, Der Nordische Gedanke in Deutschland, 1920-1940, Ernst Klett Verlag, Stuttgart, 1971. La présente introduction tire la plupart de ses éléments de cet ouvrage universitaire sérieux.

(3) Cf. Hans F. K. Günther, Die Nordische Rasse bei den Indogermanen Asiens, Verlag Hohe Warte, Pähl, 1982 (réédition).

(4) Hans F. K. Günther, Mein Eindruck von Adolf Hitler, Franz v. Bebenburg, Pähl, 1969.

* * *

(Bruxelles, septembre 1987. Préface du traducteur à Religiosité indo-européenne de H. F. K. Günther).

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

 

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.