Saint-Loup “revisité”

|

Saint-Loup n’est pas l’homme d’une époque, mais d’une vision du monde.

La nuit commence au Cap Horn

|

Ce roman écrit après tant d’aventures, c’est du meilleur Saint-Loup. On devine à chaque page l’homme d’action.

Henry-François Rey. Une “Costa Brava” recomposée au noir soleil de la tragédie

|

Rey, après avoir appartenu à la gauche engagée, découvre la solitude, «la solitude contre le monde, contre les autres qu’il faut mépriser, chasser, annihiler».

Evgueni Zamiatine

|

On ne doit pas oublier Zamiatine, si étrange et parfois déplaisant soit le personnage, car il est peu d’écrivains «soviétiques» aussi étonnants, totalement inclassable au temps du tsar, de la révolution et de l’exil, solitaire entre les solitaires.

Pierre Guillaume

|

Un homme en proie à toutes les passions, à commencer par celle de l’océan et à terminer par un dernier combat contre la maladie et la mort, en passant par la plus longue de ses navigations, cette fois immobile: un long séjour en prison.

Louis Boussenard, un écrivain-aventurier dans le meilleur sillage de Jules Verne

|

D’une génération suivant celle de Jules Verne, Louis Boussenard semble en avoir parfaitement assimilé toutes les recettes. Comme son grand aîné, il réussit à nous faire partager la passion des «voyages extraordinaires» sans pourtant jamais arriver au même succès.

Christian de la Mazière

|

Lettre tardive à Christian de la Mazière, “rêveur défunt”, par son ami Jean Mabire.

La maîtrise des mers

|

L’aventure de la marine française en bois et l’histoire océanique de la France américaine sont étroitement liée à l’évolution de l’empire colonial

1 2