Une biographie de Carl Schmitt

carl-schmittAnalyse: Paul NOACK, Carl Schmitt. Eine Biographie, Ullstein/Propyläen, Berlin, 1993, 360 p., ISBN 3-549-05260-X.

Si les exégèses de l’œuvre de Carl Schmitt sont fort nombreuses à travers le monde depuis quelques années, si les interprétations de sa notion de “décision” ou de sa “théologie politique” se succèdent à un rythme ahurissant, personne ne s’était encore attelé à écrire une biographie personnelle du prince des politologues européens. Paul Noack (*1925), germaniste, romaniste et historien, ancien rédacteur des rubriques politiques de la Frankfurter Allgemeine Zeitung et du Münchener Merkur, actuellement professeur d’université à Munich, vient de combler cette lacune, en suivant chronologiquement l’évolution de Schmitt, en révélant sa vie de famille, en évoquant ses souvenirs personnels, consignés dans des journaux, des lettres et des entretiens inédits, et en replaçant l’émergence des principaux concepts politologiques dans le vécu même, dans l’existentialité intime, de l’auteur.

Noack sait qu’il est difficile de périodiser une existence, a fortiori quand elle s’étend presque sur tout un siècle, entrecoupé de guerres, de bouleversements, de violences et d’effondrements. Mais dès le départ, toutes les tranches de la première moitié de la longue vie de Schmitt sont marquées par des coupures: l’enfance (1888-1890) par l’arrachement à la patrie de ses ancêtres, l’Eifel mosellan profondément catholique, et l’exil en Sauerland; l’adolescence (1900-1907), elle, est imprégnée d’une éducation humaniste dans une ambiance cléricale édulcorée, qui a abandonné cette “totalité” mobilisatrice et exigeante, propre du catholicisme intransigeant; la jeunesse (1907-1918) de Schmitt baigne, quant à elle, dans une Grande Prusse dés-hégélianisée, de facture wilhelmienne, où l’engouement philosophique dominant va au néo-kantisme; le premier âge adulte (1919-1932) se déploie dans une germanité dé-prussianisée, où règne la démocratie parlementaire de Weimar contestée par les divers mouvements nationaux et par la gauche musclée.

Bref, cette périodisation claire, qu’a choisie Noack, indique que les bouleversements, les abandons, les relâchements se succèdent pour aboutir au chaos des dernières années de la République de Weimar et du grand “Crash” de 1929. Cette effervescence, de la Belle Epoque au Berlin glauque où s’épanouisent au grand jour toutes les perversités, est peut-être féconde sur le plan des ruptures, des idées, des modes, des variétés, des innovations artistiques, des audaces théâtrales: elle plaît assurément aux Romantiques de tous poils qui aiment les originalités et les transgressions. Mais Schmitt reproche aux Romantiques, ceux de la première vague comme leurs héritiers à son époque, de s’engouer temporairement pour telle ou telle beauté ou telle ou telle originalité: ils sont “occasionalistes”, “irresponsables”, incapables de développer, affirmer et approfondir des constantes politiques ou conceptuelles. Toute pensée fondée sur le goût ou le plaisir lui est étrangère: il lui faut de la clarté et de l’efficacité. Sa conviction est faite, il n’y changera jamais un iota: le “moi” n’est pas, ne peut pas être, un objet du penser. Celui qui hisse le “moi” au rang d’objet du penser, participe à la dissolution du monde réel. Ne sont réels et dignes de l’attention du penseur que les hommes qui s’imbriquent dans une histoire, s’en déclarent les héritiers et sont porteurs d’une attitude immuable, éternelle, qui incarnent des constances, sans lesquelles le monde et la cité tombent littéralement en quenouille.

noack-schmittCette option, constate Noack, est le meilleur antidote contre le nihilisme et le désespoir. Pour y échapper, l’homme Schmitt entend ne pas être autre chose que lui-même et ses circonstances, notamment un Catholique impérial et rhénan, comme l’ont été ses ancêtres. C’est dans ces circonstances-là que Schmitt s’imbrique pour ne pas être emporté par le flot des modes de la Belle Epoque ou du Berlin décadant des années 20. La politique, dès lors, doit être servie par une philosophie du droit fondée sur des concepts durs, impassables, éprouvés par les siècles, comme l’ont été ceux de la théologie jadis. Les concepts politiques qu’il s’agit d’élaborer pour sortir de l’ornière doivent être résolument calqués sur ceux de la théologie, s’ils n’en sont pas des reflets résiduaires, inconscients ou non. Schmitt, au seuil de sa maturité, demeure quelque peu en marge de la “révolution conservatrice”, dont l’objectif majeur, dans le sillage de Moeller van den Bruck et des autres nationalistes de tradition prusso-protestante, était d’approfondir les fondements de l’“idéologie allemande”, née dans le sillage du romantisme et de la guerre de libération anti-napoléonienne.

Cette “idéologie allemande” véhicule, aux yeux de Schmitt, trop de linéaments de ce romantisme et de cet occasionalisme qu’il abomine. Ses références seront dès lors romanes et non pas germaniques, plus exactement franco-espagnoles: Donoso Cortès, de Bonald, de Maistre. C’est dans leurs œuvres que l’on trouve les matériaux les plus solides pour critiquer et déconstruire la modernité, pour jeter bas les institutions boîteuses et délétères qu’elle a générées, reponsables des bouleversements et des arrachements que Schmitt a toujours ressenti dans son propre vécu, quasiment depuis sa naissance. Ces institutions libérales, insuffisantes selon Schmitt, sont défendues avec brio, à la même époque, par Hans Kelsen et son école positiviste. Schmitt juge ce libéral-positivisme d’une manière aussi pertinente que lapidaire: «Kelsen résout le problème du concept de souveraineté en le niant. La conclusion de ses déductions est la suivante: le concept de souveraineté doit être radicalement refoulé». S’il n’y a plus de souveraineté, il n’y a plus de souverain, c’est-à-dire plus de pouvoir personnalisé par des hommes charnellement imbriqués dans une continuité historique précise. Par le truchement de ce positivisme froid, le pouvoir devient abstrait, incontrôlable, incontestable. Son épine dorsale n’est plus une forme héritée du passé, comme la forme catholique pour laquelle opte Schmitt. Sans épine dorsale, le pouvoir chavire dans l’“informalité”: il n’a plus de conteneur, il s’éparpille. Dans ce contexte, quelle est la volonté de Schmitt? Forger un nouveau conteneur, créer de nouvelles formes, restaurer ou re-susciter les formes anciennes qui ont brillé par leur rigueur et leur souplesse, par leur solidité et leur adaptabilité.

Quand paraît le “concept du politique” en 1927, il est aussitôt lu par un autre maître des formes et des attitudes, Ernst Jünger, tout aussi conscient que Schmitt de la liquéfaction des formes anciennes et de la nécessité d’en restaurer ou, mieux, d’en forger de nouvelles. Enthousiasmé, Ernst Jünger écrit une lettre à Schmitt le 14 octobre 1930, qui sera l’amorce d’une indéfectible amitié personnelle. Pour Jünger, l’homme des “orages d’acier” de 1914-1918, la démonstration de Schmitt dans le “concept du politique” est une “évidence immédiate” qui “rend toute prise de position superflue” et balaie “tous les bavardages creux qui emplissent l’Europe”. «Cher Professeur», ajoute Jünger, «vous avez réussi à découvrir une technique de guerre particulière: la mine qui explose sans bruit». «Pour ce qui me concerne, je me sens vraiment plus fort après avoir ingurgité ce repas substantiel». Les deux hommes étaient pourtant fort différents: d’une part le guerrier décoré de l’Ordre Pour le Mérite; de l’autre, un pur intellectuel qui n’avait jamais livré d’autres batailles que dans les livres. Jünger essaiera avec un indéniable succès d’introduire la clairvoyance de Schmitt dans les cercles néo-nationalistes, notamment les revues Die Tat, de Hans Zehrer et Erich Fried, et Deutsches Volkstum de Wilhelm Stapel. La participation des deux hommes aux activités littéraires, philosophiques et journalistiques de la “Konservative Revolution” n’efface par leurs différences: Armin Mohler, nous rappelle Paul Noack, écrit très justement qu’ils sont demeurés chacun dans leur propre monde, qu’ils ont continué à chasser chacun dans leur propre forêt. Césure qui s’est bien visibilisée à l’époque du national-socialisme: retrait hautain et aristocratique de l’ancien combattant, engagement sans résultat du juriste.

Mais, souligne Paul Noack, une grande figure de la gauche, en l’occurrence Walter Benjamin, écrivit aussi à Schmitt en 1930, quelques semaines après le “néo-nationaliste” Jünger, exactement le 9 décembre. Benjamin envoyait ses respects et son nouveau livre au juriste catholique et conservateur, admirateur de Mussolini! Il soulignait dans sa lettre des similitudes dans leur approche commune du phénomène du pouvoir. Cette approche est interdisciplinaire et c’est l’interdisciplinarité qui doit, aux yeux du Benjamin lecteur de Schmitt, transcender certains clivages et rapprocher les hommes de haute culture. Effectivement, l’interdisciplinarité permet seule de pratiquer un véritable “gramscisme”, non un “gramscisme de droite” ou un “gramscisme de gauche”, mais un gramscisme anti-établissement, anti-installations. Paul Noack écrit: «[Schmitt et Benjamin] sont tous deux adversaires de la pensée en compromis. Benjamin disait que tout compromis est corruption. Tous deux sont aussi adversaires du parlementarisme, du libéralisme politique et du système politique qui en procède. Tous deux pensent que ce n’est que dans l’état d’exception de l’esprit d’une époque se dévoile véritablement; tous deux manifestent une tendance pour l’absolu et la théologie». Et de citer Rumpf: «Benjamin et Schmitt se rencontrent dans leur rejet et leur mépris d’une bourgeoisie qui s’encroûte dans ce culte générateur du Moi». Ce rapport entre Schmitt et l’un des plus éminents représentants de la “Nouvelle Gauche”, voire de l’“Ecole de Francfort”, permet d’accréditer la thèse longtemps contestée d’Ellen Kennedy, spécialiste américaine de l’œuvre de Schmitt, qui a toujours affirmé que ce dernier a bel et bien influencé en profondeur cette fameuse “Ecole de Francfort” en dépit de ce que veulent bien avouer ses tristes légataires contemporains.

Avec l’avènement du national-socialisme, les positions vont se radicaliser. L’effondrement de la République de Weimar laisse un vide: Schmitt croit pouvoir instrumentaliser le nouveau régime, sans assises intellectuelles, s’en servir comme d’un Cheval de Troie pour introduire ses idées dans les hautes sphères de l’Etat. Ses anciennes accointances avec le Général von Schleicher, liquidé lors de la “nuit des longs couteaux” en juin 1934, la nationalité serbe de son épouse Duchka Todorovitch (les services secrets se méfiaient de tous les Serbes, accusés de fomenter des guerres depuis l’attentat de Sarajevo) et son catholicisme affiché (son “papisme” disaient les fonctionnaires du “Bureau Rosenberg”): autant de “tares” qui vont freiner son ascension et même précipiter sa chute. Schmitt laisse des textes compromettants, qui le marqueront comme autant de stigmates, mais échoue face à ses adversaires dans les rangs du nouveau parti au pouvoir. Pire, à cause de son zèle intempestif, il traîne parfois aussi une réputation de naïf ou, plus grave encore, d’opportuniste sans scrupule qui souhaite toujours et partout être le “Kronjurist”, le “juriste principal”. Plus tard, en 1972, dans un interview à la radio, Schmitt a avoué avoir agi sous l’impulsion d’un bon vieil adage français: «On s’engage et puis on voit». Paul Noack croit déceler dans cette attitude collaborante une certitude de type hégélien: Schmitt, l’homme des livres, l’homme de culture, était persuadé, est demeuré persuadé, qu’au bout du compte, l’esprit finit toujours par triompher de la médiocrité. Le national-socialisme, pour ce catholique de Prusse, pour ce catholique frotté à une idéologie d’Etat de facture hégélienne, était une de ces médiocrités propre de l’homme pécheur, de l’homme imparfait: elle devait forcément succomber devant la lumière divine de l’esprit. Erreur fatale et contradiction étonnante chez ce pessimiste qui n’a jamais cru en la bonté naturelle de l’homme, commente Noack.

Lascia una risposta