Introduction à la runologie

Categorie: Europa, Francese, Storia antica | 3
Pietra runica da Baldringe, Malmöhus län, Skåne
Baldringe, Malmöhus län, Skåne

La runologie, ou science des runes, n’a guère été abordée jusqu’ici que d’une manière fort superficielle par les rares germanistes français ou belges spécialisés dans les études nordiques, aussi peut-on dire que la runologie est demeurée jusqu’ici une science quasi-inconnue des intellectuels de formation française.

La runologie, cependant, n’est pas une science moderne, puisque le premier auteur qui fasse mention de l’existence de runes n’est personne d’autre qu’Hérodote, l’historien des anciens Scythes. De son côté, Diodore de Sicile, un contemporain de l’empereur Auguste, nous apprend que les runes furent rapportées du Nord par l’aëde thrace Lion et son disciple Orphée. Quant à Tacite (Ann. XI. 14), il prétend que les anciens Germains auraient emprunté leur alphabet aux Phéniciens, sans toutefois pouvoir en fournir la moindre preuve, mais abondant ainsi comme à priori dans le sens de tous ceux qui depuis la Renaissance prétendent que toute lumière nous vient du bassin méditerranéen .

Les récentes acquisitions de la runologie nous permettent, au contraire, de parler davantage d’une dépendance des alphabets méditerranéens de certains signes préhistoriques d’origine nordique, aussi le Prof. Neckel défend-il la thèse que les alphabets italiques, phéniciens, grecs et runiques ont une racine commune. Tous proviendraient d’une écriture préhistorique. En fait les inscriptions runiques les plus antiques datent au moins de 3000 ans avant notre ère. On les retrouve depuis les parois rocheuses de l’extrême-nord européen jusque sur les bords du Nil, ainsi que sur les flancs du Sinaï, où elles furent gravées par des peuplades migratrices venues du Nord en Egypte et sur les rives de la Mer Rouge, l’épée à la main.

Après Tacite, il faut attendre plusieurs siècles avant de retrouver mention des runes dans quelque texte historique, aussi n’est-ce qu’au VI° siècle que l’évêque Venantius Fortunatus de Poitiers signale l’existence d’une écriture propre aux barbares germaniques, cependant que Saxo Grammaticus (XII° siècle), secrétaire de l’évêque de Roskilde, les mentionne à son tour. Avant lui le fameux archevêque de Mayence, Rhabanus Maurus, qui vécut sous le règne de Charlemagne, fit mention d’un alphabet ou plutôt d’un futhark runique, accompagné du nom de chacune des lettres qui le composent. Dans un manuscrit du couvent de Saint-Gall, en Suisse, qui date de la même époque, nous trouvons également un futhark runique avec figuration des sons correspondants. Signalons d’autre part le Codex Argenteus, de l’évêque Ulfilas, ainsi que le Codex Runicus, de la Bibliothèque de Copenhague, qui constituent certainement les documents les plus précieux pour la connaissance des runes médiévales.

En l’année 1544, l’archevêque Johannes d’Upsala signale l’existence des runes bien avant l’introduction de l’alphabet latin dans les pays nordiques.

Avec Johannes Bure, un archiviste suédois, qui vécut de 1568 à 1652, nous pénétrons enfin dans le domaine de la runologie moderne. Il est le premier, en effet, à avoir publié un recueil d’inscriptions runiques conservées en pays scandinave. Il trouva un disciple enthousiaste en la personne du savant danois Olaf Worm, qui publia à son tour un ouvrage sur les runes en l’année 1636.

Citons encore parmi les premiers runologues le Suédois Olaf Verelius et l’Anglais Georg Hicks, qui publia toute une série d’alphabets runiques conservés dans les bibliothèques anglaises, et le Suédois Johannes Goransson, qui publia en 1750, un ouvrage intitulé Bautil, dans lequel nous pouvons trouver quelque 1130 reproductions d’inscriptions runiques. C’est lui également qui fut le premier à situer l’origine des runes dans la préhistoire, tandis que nombre de runologues s’obstinent toujours à vouloir trouver celle-ci aux premiers siècles de notre ère.

Au XIX° siècle, la jeune science allemande s’occupe à son tour des runes et dès l’année 1821, W. C. Grimm publia à Göttingen un ouvrage demeuré classique, Ueber Deutsche Runen, dans lequel il fait pour la première fois une distinction entre les alphabets nordiques germaniques et anglo-saxons. Après ses travaux viennent ceux de Ludwig Wilser, du Prof. Neckel et, plus près de nous, de H. Wirth, de Reichardt, de Schilling et de tant d’autres encore.

Si les signes runiques furent employés aux premiers siècles de notre ère au même titre que les autres alphabets que nous connaissons (1), l’on peut cependant dire qu’à l’origine ils furent de simples signes symboliques, dont le sens était intimement lié aux divers exercices du culte. Les Eddas nous montrent, d’autre part, que les runes servaient de signes divinatoires et magiques, et Hérodote, de son côté, nous apprend que les Scythes se servaient également des runes pour connaître l’avenir (2).

Les runes ne révélaient pas seulement l’avenir, mais elles dispensaient également la sagesse et la puissance, ainsi que l’amour et la victoire. En un mot, tout ce que les hommes peuvent souhaiter ou craindre dépendait des runes, et les dieux eux-mêmes ne dédaignaient point leur puissance, comme nous l’apprend plus d’un chant des Eddas.

D’après le runologue Hermann Wirth, les runes trouveraient leur origine dans les connaissances astronomiques, ou plutôt astrologiques, de nos ancêtres qui divisaient l’année solaire en périodes qui correspondent aux 16 signes de l’alphabet runique primitif. Il a notamment appuyé ses théories sur les calendriers runiques qui étaient encore en usage un peu partout dans les pays nordiques au début du siècle dernier. Mais point n’est ici l’endroit d’analyser par le détail les théories d’Hermann Wirth.

Qu’il nous suffise encore de dire que les runes, malgré l’interdit dont elles furent frappées par l’Eglise, n’ont jamais complètement disparu du monde germanique et de nos jours encore elles appartiennent, sous forme de signes symboliques, pour la plupart de nature bénéfique, au patrimoine commun du monde nordique. On les retrouve seules ou associées à d’autres signes symboliques, également d’origine aryenne comme la roue du soleil et l’arbre de vie, dans les motifs architecturaux et décoratifs. Elles constituent notamment certains des ornements les plus caractéristiques de nombreux monuments gothiques, ainsi que d’innombrables spécimens de l’architecture rurale nordique.

Cet aspect particulier de la runologie appliqué à nos régions fera l’objet d’une prochaine étude. Nous y montrerons, à l’appui de quelques exemples pris au hasard, combien nos régions sont demeurées fidèles, et cela malgré plusieurs siècles de dénordisation systématique, à leurs traditions nordiques.

Notes:

(1) Il nous faut alors distinguer plusieurs alphabets, notamment l’alphabet ou futhark germanique composé de 24 signes, l’alphabet nordique composé de 16 signes et l’alphabet anglo-saxon également de 24 signes, ainsi que plusieurs variantes de ceux-ci, dont le second alphabet nordique de 12 signes.

(2) C’est sur la foi d’Hérodote que d’aucuns prétendent situer le berceau des runes sur les rives de la Mer Noire, comme si les Scythes qui vécurent quelques siècles avant notre ère au nord du Pont-Euxin n’avaient pas pu apporter les runes de leur patrie d’origine qui est le haut nord?

Ouvrages à consulter:

WIRTH (H.) — Die Heilige Urschrift der Menschheit (Verlag Köhler u. Amelang, Leipzig).

NECKEL — Herkunft der Runen (Forschungen und Fortschritte, 9. Jahrgang, Nr. 20-21).

REISZ — Runenkunde (Reclam-Verlag, Leipzig).

SCHILLING — Herkunft der Runen (NordlandVerlag).

URNSZ — Handbuch der Runenkunde (Verlag Niemeyer, Halle).

JAFFE — Geschichte der Runenforschung (Verlag Behr und F. Feddersen, Leipzig-Berlin).

WEIGEL (K. Th.) — Runen und Sinnbilder (Alfred Meszner-Verlag, Berlin).

Bulletin de l’Ouest, 1942, 8, pp. 93-94.

3 Risposte

  1. ekaros
    | Rispondi

    Le rune… interessante scritto, specialmente a livello storico.
    E chi sa veramente leggere, e intuire la profonda simbologia che racchiudono, può captarne la loro altissima frequenza vibratoria, la quale può aprire occulte porte del nostro universo interiore. Linguaggio iniziatico, per iniziati, combinatorio e profondo e senza tempo, sempre attuale. Il terricolo no, oggi non è più attuale alle rune, ne distorce il vero significato, come del resto tutto quello che fa parte della vera iniziazione. E tutto questo fa parte del presente ciclo storico, dove il precipitato umano vibra in rapporto al suo occulto motore… E tutto è retto da perfette leggi…ovunque e sempre…

  2. ekaros
    | Rispondi

    Tornando alla runa, ad una in particolare, anni indietro, nella notte, con una runa di fuoco nella silente mente, captai sottilissime vibrazioni…
    E materialmente, più o meno, volgarizzando, dicevano così:
    Qual radio stai ascoltando? Sai chi trasmette e che ti tiene quindi a se legato?
    In quale oceano di vibrazioni ti sei perso? e identificato?
    Esci dalla limitata e predefinita ricevente, cerberus,
    e liberamente ascolta e respira,
    e liberamente agisci, nella pura bianca luce che è il vero te stesso…
    oltre il caos di figure e di rumori…

  3. Loris Vendrame
    | Rispondi

    Peccato non sia possibile leggerlo in italiano

Lascia una risposta