Espace et temps chez Ezra Pound

Ezra Pound
Ezra Pound

Pour avoir défendu une position similaire, pour s’être attaqué à l’usure comme procédé hétérodoxe dans le cadre de l’Eglise de son temps, Dante perdit sa patrie, fut condamné à mort et dut passer le reste de ses jours loin des siens. Au XXème siècle, Ezra Pound subit le même sort…

Ce qu’on pourrait appeler “le plan vital” dans la poésie d’Ezra Pound ne peut trouver qu’une seule comparaison, ancienne mais toujours valable: l’œuvre de Dante. La poésie que ce grand Italien a produite ne se limite pas à La Divine Comédie mais comprend aussi De la Monarchie, œuvre en prose contenant le projet d’une société basée sur l’idée impériale. Cette idée recèle une transcendance que l’homme doit conquérir en subissant les épreuves de l’enfer, épreuves de la connaissance en profondeur; en tant qu’être inférieur, il doit surpasser les purifications du purgatoire afin de trouver, avec l’aide de l’amour, considéré comme possibilité maximale de sagesse, les dernières perfections du Paradis. Dans cette optique, la Vie serait un voyage, comme l’imaginaient les Romantiques ainsi que Rilke et Joyce. Dans l’œuvre de Pound, ce qui nous rapproche de La Divine Comédie, ce sont les Cantos Pisans. Dans toute la poésie et la prose de Pound, comme dans tous les gestes de son existence, on repérera un souci quasi mondain de la perfection, confinant au métaphysique. L’homme, dans cette perspective, doit se perfectionner, non seulement sur le plan de la transcendance et de l’esprit, mais aussi dans le feu des affrontements momentanés qui composent sa vie de pauvre mortel. La perfection spirituelle dépend de l’héroïcité déployée dans le quotidien. “La lumière plane sur les ténèbres comme le soleil sur l’échine d’une bourrique”.

Une révolte contre le monde moderne

Le pire, chez Dante, l’ennemi qu’il combattit tout au long de sa vie d’exilé, fut la confusion consciente entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel. La tâche du Pape, c’était de s’occuper de la santé et du salut des âmes. L’Empereur, lui, devait s’occuper du monde visible, sans jamais perdre de vue le but ultime. Le Souverain Pontife ne devait s’abstenir de lutter contre les maux du quotidien. L’homme est une combinaison d’antagonismes complémentaires. Sa complexe constitution psychosomatique révèle un désir d’harmonie finale, désir qui s’exprime sans cesse conformément à la “coincidentia oppositorum“. L’affrontement politique, qui caractérisa et marqua l’existence de Dante, constitue finalement le sceau typique d’un être capable de vivre et d’assumer la même essence, tant dans sa trajectoire vitale que dans son œuvre; la marque de l’affrontement politique confèrera une aura tragique à Pound également. Cette similitude dévoile non seulement une certaine unité de destin commune aux deux poètes mais aussi l’immuabilité de la tragédie humaine, (de l’homme en tant que zoon politikon, NdT), à travers les siècles. Le poète nord-américain ne put échapper au XXème siècle à ce sort qui frappa le Florentin six cents ans plus tôt. On constate une relation perverse avec la politique qui affecte l’homme et lui est dictée par le droit, ou plutôt le devoir, de se scruter sous l’angle du péché originel. La politique est le terrain où l’homme trouvera, avec le maximum de probabilités, une tribune pour se faire comprendre aisément et rendra ses pensers accessibles aux commentateurs.

Sur les pas des troubadours en pays d'oc
Sur les pas des troubadours en pays d'oc

La révolte de Pound contre le monde moderne est une attitude quasi générique, consubstantielle à sa génération. En effet, c’est cette lost generation nord-américaine qui abandonna sa patrie lorsque le puritanisme céda le pas au pragmatisme, dans un mouvement comparable à la révolte de Kafka contre la technique considérée comme inhumaine. Mais ce n’est pas la technique qui définit le désastre. Heidegger a consacré un essai entier à ce problème crucial et nous savons désormais combien les machines et leur développement peuvent être nocives et ceci seulement par le fait qu’il y a malignité chez ceux qui les manipulent. Le problème nous apparaît dès lors beaucoup plus profond. Il s’agit de l’homme lui-même et non des œuvres qu’il produit. Il s’agit de la cause, non de l’effet. Déjà les romanciers catholiques français de la fin du XIXème, tout comme le Russe Dostoevskij, avaient souligné ce fait. C’est le manque de foi, la perte du sens religieux qui octroye à l’homme des pouvoirs terrestres illimités.

Le problème n’est donc pas physique mais métaphysique. Pound n’est certes pas un poète catholique. C’est un homme soulevé par une religiosité profonde qui se situe dans une forme d’ésotérisme compris comme technique de la connaissance. Ce qui lui permet d’utiliser les mêmes sources et de chercher les mêmes fins que Bernanos ou Claudel. Il n’est donc pas difficile de rencontrer des points communs -et d’impétueux déchaînements au départ d’une même exégèse- entre Pound et l’auteur du Journal d’un curé de campagne, qui lança de terribles attaques contre notre monde actuel après la seconde guerre mondiale.

Le Mal, c’est l’usure

En conséquence, nous pouvons affirmer que, de son premier à son dernier bilan, Pound sait où se trouve le mal. Il le définit par le terme usure, tout en se proclamant combattant contre tout système voué à l’utiliser sous les formes de l’exploitation, de l’oppression ou de la dénaturation de l’être humain et contre toute Weltanschauung ne se basant pas sur le spirituel. C’est là que les attaques de Pound contre l’usure, présentes dans les Cantos, trouvent leurs origines, ainsi que ses critiques d’un capitalisme exclusivement basé sur ce type d’exploitation et son désir de s’allier à une régime politique ressemblant à l’Empire défendu et illustré par Dante.

Ses émissions de Radio-Rome dirigées contre Roosevelt durant les dernières années de la guerre sont, dans ce sens, à mettre en parallèle avec les meilleurs passages des Cantos. Pour avoir défendu une position similaire, pour s’être attaqué à l’usure comme procédé hétérodoxe dans le cadre de l’Eglise de son temps, Dante perdit sa patrie, fut condamné à mort et dut passer le reste de ses jours loin des siens. Ezra Pound subit le même sort. Lorsque les troupes nord-américaines submergèrent l’Italie, Pound fut arrêté, moisit plusieurs mois en prison et, pour avoir manifesté son désaccord avec un régime d’usure, un tribunal le fit interner dans un asile d’aliénés mentaux. Son anti-conformisme fut taxé d’aliénation mentale. Cette leçon de cynisme brutal, d’autres défenseurs d’un régime d’usure, je veux dire de l’autre face de l’usure, celle de l’exploitation de l’homme en masse, l’apprendront. Cette usure-là engendre les mêmes résultats, en plus spectaculaire peut-être puisque le goulag concentre davantage d’anti-conformistes déclarés tels et condamnés en conséquence.

“L’usure tue l’enfant dans les entrailles de sa mère” déclare un des vers de la célèbre finale du Cantos XV. Cet enfant pourrait bien être le XXIème siècle, celui que Pound prépara avec tant de passion, avec un soin quasi paternel. Ce siècle à venir est déjà menacé de tous les vices prévus par le poète, contrairement à sa volonté et à ses jugements empreints de sagesse.

* * *

Traduit de l’espagnol par Rogelio PETE, décembre 1985.
Archives de SYNERGIES EUROPÉENNES – VOULOIR (Bruxelles) – Janvier 1986.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

 

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.